Conférence « Survivance de l’âme »

Conférence « Survivance de l’âme »

Commupresse a le privilège et le plaisir de vous faire part de la conférence organisée par l’artiste peintre et magnétiseuse Val Dejour ainsi que par Adline Walle de Akoya Conseil sur la survivance de l’Ame. Cette conférence se déroulera le 11 juin 2016 de 13H30 à 17H30 au Carré Haussmann II, 10/12 allée de la Connaissance, 77127 LIEUSAINT.

Cette artiste, passionnée par le bien être, la santé, ainsi que par l’immortalité de l’Ame, partage avec vous ses recherches concernant cet univers à la fois mystérieux et passionnant. Notre passage sur terre est fertile, notre vie a bien une raison d’être. Après avoir lu de nombreux ouvrages fascinants sur ce sujet, elle vous livre ici sa rencontre avec le conférencier et écrivain Charles Imbert porteur d’enseignements enrichissants.

Un petit extrait de la 1ère partie de Charles Imbert qui nous parlera de la survivance de l’esprit après la mort…

La psychologie est une science récente, datant du XIXème siècle, qui a connu une grande expansion au XXème siècle, tant au niveau théorique que par la découverte de drogues dites médicaments. C’est avec la seconde guerre mondiale que les données parapsychologiques, déjà abordées au XIXe, ont connu de nouvelles études, basées sur les recoupements de nombreux témoignages.

Les plus importantes découvertes ont été celles de l’inconscient personnel et de l’inconscient collectif. Ces registres sont dit inconscients parce que nous n’y avons pas accès. Nous n’avons pas accès non plus aux autres consciences et avons dû développer des langages, des protocoles, soit pour communiquer avec autrui, soit avec les animaux qui nous sont les plus proches.

La difficulté de communication avec les autres consciences est un premier problème, un premier défi. En particulier, la psychologie transpersonnelle s’occupe de l’inconscient collectif, autrement dit des consciences auxquelles nous n’avons pas accès, et avec lesquelles nous avons des problèmes de communication. Dans cet océan psychique se trouvent en particulier les défunts, ou encore… nous mêmes ! (car nous avons en permanence une partie de nous là-haut).

Un second défi est la saisie de sa propre conscience qui est encore mal définie et demande des outils et des concepts encore à l’étude, sur les problèmes, non seulement de l’objectivité, mais de la réalité ou de la vérité.

Il faut ici repenser ce que nous nommons le Soi, la Réalité, la Vérité, et aussi par conséquence directe ce qu’on appelle le Moi, l’objectif-subjectif, ou l’illusion.

Enfin, l’étude de notre propre conscience, si elle s’opère avec toutes les données accessibles en ethnologie et en anthropologie, fait apparaître des constantes quant à la survivance de notre conscience.
– Pratiquement toutes les cultures admettent l’idée d’un monde invisible.
– Pratiquement toutes les cultures admettent l’idée de la réincarnation.
– Pratiquement toutes les cultures admettent l’idée d’un jugement et d’une compensation, préludant à l’oubli avant la réincarnation.
– Pratiquement toutes les cultures admettent l’idée d’un temps de purgatoire ou d’enfer, dans un “séjour des morts”.

Il convient donc d’admettre que nous devons mener l’enquête sur ces points. Enquêter signifie accepter, définir, corréler. La présente conférence en est encore à évoquer le faire accepter, en posant les bases et le cadre du définir et corréler, mais nous pouvons d’ores et déjà affirmer que les recherches sont désormais bien avancées et ne demandent que des apparitions sérieuses dans le champ des médias ou hors-médias.

En seconde partie : Brigitte Dhéron médium, clairvoyante, transmettra des messages de ses guides et des défunts qui vous sont proches par une mini-guidance.

Participation : 30 € ATTENTION : Il est préférable de réserver : 50 PLACES DISPONIBLES pour plus de renseignements TEL : 06.78.54.83.44